Désirer en conscience 3/3

Nouveau-né en peau à peau dans les bras de son papa

QUELQUES CLÉS POUR UNE CONCEPTION SEREINE

Nous aurons l’occasion de revenir sur ces clés dans de futurs articles, et il en existe bien d’autres, mais je tenais à partager avec vous ces quelques éléments déjà identifiés et fondamentaux.
 
Une introspection nécessaire
Je l’ai mentionné plus haut et le caractère essentiel de cette clé méritera qu’on y revienne dans un prochain article qui y sera entièrement dédié car on a parfois besoin d’un coup de pouce pour regarder en soi.
 
Le lâcher prise
Facile à dire, moins facile à faire quand notre ego s’en mêle. Lâcher prise est valable pour tellement de choses. Ici, ce qu’on va chercher à faire c’est déposer nos attentes et les laisser filer, s’en libérer. Nos attentes sur l’enfant idéal, celles sur le papa idéal, celles sur la maman idéale, celles sur la vie idéale. Tout ça c’est idéal. Et la vie… n’est pas idéale! Elle est inattendue. Elle nous impose des obstacles qui nous semblent être des montagnes et nous ouvre des horizons dont on n’avait pas même rêvé. Et c’est ça qui fait toute sa beauté. On a le droit, et c’est tout à fait naturel, de se projeter et même de rêver. Et, une fois qu’on a posé tout ça, on peut redescendre sur terre et accepter la vie telle qu’elle vient…
On peut s’attendre à l’inattendu.
 
Une préparation minutieuse
Il existe aujourd’hui de très nombreuses façons de se préparer à l’arrivée d’un enfant. Elles ne sont pas toutes connues ou reconnues, ce qui ne facilite pas leur accès. Nous reviendrons sur une bonne partie d’entre elles plus en détail. Mais on peut d’ores et déjà évoquer l’accompagnement périnatal classique – dispensé en général par une sage-femme – , l’accompagnement – appelé également coaching – parental, les psychothérapies (TCC, hypnose Ericksonienne, psycho-organique, Gestalt, Palo Alto, …), l’haptonomie, la kinésiologie, la somatopathie, l’auto-hypnose, la sophrologie, et bien d’autres possibilités plus ou moins connues.
 
Un entourage adapté
Il est indispensable de bien s’entourer dès la conception de son enfant. En France, bien souvent encore, le corps médical prend une trop grande place dans la conception et la grossesse. Les futurs parents doivent pouvoir se faire confiance et se sentir respectés et à l’aise en tout moment sur tous les sujets qui les concernent. Ça passe par le fait de s’entourer de personnes compétentes et bienveillantes. Il peut s’agir de proches, d’une doula, d’un accompagnant parental, et même – et heureusement – de professionnels médicaux ou para-médicaux. Il peut aussi être intéressant de se renseigner sur l’existence de réseaux de parents, ou d’hommes ou femmes, qui proposent des groupes d’échange et de soutien.
 
Un désir qui doit venir de soi
Il arrive que nos proches aient une influence un peu trop grande sur notre désir d’être parents. Ce désir n’appartient qu’à nous et nous sommes seuls juges du fait que nous soyons prêts à accueillir un bébé. De nombreux hommes se sentent pressés, voire forcés, par leur conjointe, à concevoir un enfant. Encore une fois, personne, y compris notre compagne, ne peut nous forcer à vouloir devenir père. Si nous n’y sommes pas prêts et qu’on cède, la chute peut être douloureuse. Voir naître en soi le désir de donner la vie prend parfois du temps et se mûrit. C’est à nous de faire en sorte que notre rythme soit respecté.
 
Une place à prendre
Il n’est jamais trop tôt pour s’imaginer papa. On peut commencer par parler de son désir, puis parler de sa vision de la paternité. La future maman n’a pas à être le seul témoin de cette naissance en nous. On peut la partager avec bonheur avec ses amis, ses parents, voire même des inconnus sur certains réseaux virtuels ou réels. Il est cependant important d’échanger abondamment avec sa compagne pour que le projet parental se fasse conjointement et qu’elle puisse prendre en compte nos ressentis, nos envies et nos propositions afin de nous assurer une place qui nous satisfasse dans ce nouveau contexte familial.
 
La prise en compte d’une éventuelle séparation
Il est difficile de réfléchir à ça quand on pense à concevoir un enfant ensemble, comme ça l’est lorsqu’on se met en couple. Se projeter dans une séparation, qui n’arrivera bien entendu pas forcément, permet de mieux comprendre les implications qu’elle pourrait avoir et ce dans quoi on s’engage. Concevoir un enfant est un projet de couple, mais ce couple n’a aucune garantie de pérennité quelle que soit l’amour sincère qu’on partage. En revanche, la relation qui nous unit à notre enfant est un engagement à vie et l’intérêt de ce petit être à venir doit peser très lourdement dans la balance de la conception.
 

ENSEMBLE, POUR ALLER PLUS LOIN

Ce premier article avait pour objectif de vous apporter des éléments d’information et de belles mises en perspective. Il couvre un vaste sujet et sera suivi de nombreuses autres interventions pour entrer dans le détail de chacun des points qui y sont évoqués.
 
En tant qu’accompagnant pour une paternité bienveillante et épanouie je me tiens à votre disposition pour aller plus loin sur vos questionnements de futur papa. Nous pouvons aborder les questions primordiales de l’introspection et de la projection en tant que futur papa et des questionnements qui en découlent. Nous pouvons aussi approfondir l’authenticité de votre désir paternel, la préparation, le positionnement vis-à-vis de votre compagne et de vos proches, le besoin de préserver votre couple, etc.
 
Si vous le souhaitez, vous pouvez, enfin, participer à un groupe de préparation à la naissance. Ces groupes sont ouverts aux futurs papas mais aussi à ceux qui se questionnent sur leur parentalité. C’est l’occasion d’échanger avec d’autres hommes sur la paternité.
 
Je suis là pour vous aider à avancer sur votre chemin de (futur) papa et d’homme épanoui.
 
Belle route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *