Désirer en conscience 2/3

Nouveau-né en peau à peau dans les bras de son papa

PRENDRE DU RECUL ET FAIRE DES CHOIX EN CONSCIENCE

 
Vous l’aurez remarqué, ce tableau dénote pas mal par rapport à ce qu’on lit plus généralement sur l’attente et l’arrivée d’un enfant. Il est pourtant important d’avoir pleinement connaissance de toute cette part plus sombre et peu évoquée liée à l’arrivée d’un enfant. Sans dramatiser, et en tenant compte de tout le plaisir réel et justifié que l’attente d’un petit bout procure, il est important de pouvoir prendre un peu de recul par rapport à sa situation, à ses attentes, à ses besoins et à son désir d’enfant. Lorsqu’on a une vision plus globale de ce qui peut nous attendre, il est plus facile d’y faire face.
 
Certaines personnes font le choix de ne pas avoir d’enfant. Malgré une pression sociale et familiale parfois lourde, ce choix est assumé avec force car il est le fruit d’une réflexion poussée sur soi et le fait d’être parent. Vivre sans enfant est possible, et parfois même souhaitable. Une fois qu’on a compris que le désir d’enfant permettait avant tout de nourrir certains de nos besoins – besoin de transmettre, de postérité, de donner de l’amour, d’en recevoir, de se sentir utile – on peut accepter qu’il existe bien d’autres façons d’y répondre qui n’impliquent pas de concevoir un enfant.
 
Parfois il est utile de se rendre compte que les raisons pour lesquelles on souhaite donner la vie ne sont pas les bonnes. Peut-être qu’en étant honnête avec nous-mêmes, on peut réaliser que le désir d’enfant ne serait qu’une tentative de ré-insuffler de la vie dans son couple, ou se sentir utile. Les responsabilités qui découlent de la création d’une vie, et le respect de cette vie, ne sont-elles pas un prix trop important à payer pour sauver une vie de couple du naufrage? Pourquoi souhaite-t-on garder son couple en vie? Y a-t-il d’autres façons de le faire? Comment puis-je me sentir utile sans faire peser ce poids sur mon futur enfant? Autant de questions qui permettent de débuter une parentalité sur des bases solides.
 
Enfin, dans un monde où il est de plus en plus accepté, voire même admiré, d’être pleinement soi-même, il est important de prendre le temps d’une réelle introspection lorsqu’on envisage de concevoir un enfant. Se demander, avec authenticité, ce qu’on souhaite faire de sa vie, quelle part de liberté on souhaite conserver, quelles sont nos priorités… Autant de questionnements qui nous permettent de donner suffisamment de place à JE en vue d’accueillir au mieux cet être qui pourrait partager notre vie. Peut-être avons-nous encore besoin de temps pour nous sentir mieux avec nous-même ou consolider notre couple. Peut-être préférons-nous donner la priorité à notre carrière ou réserver notre temps et notre affection à notre conjoint. Il y a autant de possibles que de situations, et nulle n’est meilleure qu’une autre. L’important est de faire un choix qui nous parle vraiment, qui résonne en nous.
 
A partir de là on peut décider, en conscience, de la voie qu’on souhaite prendre. On peut se dire que JE a besoin de trop d’espace pour prendre en charge une responsabilité aussi lourde que celle de mettre au monde un enfant. Ça peut-être un constat définitif ou une décision sujette à rediscussion qui peut laisser la porte entrouverte pour revenir, plus tard, sur un projet de parentalité. Ça peut aussi, bien sûr, être une confirmation quant au choix de devenir papa. Ce choix se fait alors avec bien plus de poids et de clés en main que lorsqu’on ne prend pas le temps de l’introspection.
 

UNE OPPORTUNITÉ UNIQUE DE REPRENDRE LES RÊNES DE SA VIE

Une vie trop confortable, un grand besoin de sécurité – et donc peu de place pour se remettre en question – ou, au contraire, une vie à 100 à l’heure ou des contraintes très fortes, peuvent rendre difficile l’introspection nécessaire à l’apprentissage du rôle de père. Nous n’avons pas tous les mêmes cartes en main et il est inutile de se jeter la pierre si la réflexion n’a pas eu lieu avant la conception de son enfant.
 
Cet enfant saura nous rappeler, sans relâche, qu’il est temps de reprendre les rênes de notre vie en main, jusqu’à ce qu’on comprenne ce qui est essentiel : devenir papa est une chance unique de prendre conscience de ce qu’est la vie, de l’honneur qu’on a d’exister, d’avoir pu transmettre la vie. Et ça nous conduit naturellement à vouloir le meilleur pour notre existence et celle de notre enfant.
 
Devenir papa c’est une aventure incomparable à toute autre. C’est une chance inouïe de devenir soi-même. C’est passer de MOI à NOUS sans retour possible.
 

Lire la troisième et dernière partie de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *